Auteur : LuNa

Meilleurs vœux pour 2018

Vœux 2018

Chers Amis, Dans la Paix et la Joie apportée par le Verbe fait chair, nous vous souhaitons une très heureuse et sainte année 2018. Que Dieu bénisse vos familles, fraternités et communautés !

Dear friends, Happy and Holy New Year 2018 in the peace and joy brought by the Word that became flesh. May the Lord bless you and your families, chapters, fraternities and communities!

— Ludovic

Ce que le naïf sait

Day 311 - Brazilian Naif Art - Exhibition at my Work, galerie flckr de Carla Arena.

« Jamais on n’a été aussi incapable de faire aucune véritable révolution. Parce que jamais aucun monde n’a autant manqué de fraîcheur. »

Péguy écrivait cela en 1905 à propos de la révolution sociale qu’il liait à la révolution morale et religieuse. Que dirait-il aujourd’hui où le manque de fraîcheur n’est plus seulement vécu, mais revendiqué ! Non contents d’être revenus de tout, nos contemporains se glorifient de leurs doutes. Ils sont fascinés par leur débâcle. Ils pratiquent une lucidité à sens unique, qui s’exerce sur les entraves et non sur les réussites, qui libère des engouements mais aussi des engagements. Ils sont lâches par conformité au néant. Ils hésitent à agir par crainte du ridicule.
Lire la suite →

Envie d’être… déraisonnable !

J’ai bien aimé cette parole : « Quand vous êtes en face d’un homme concret, parlez avec lui de la déraison qui vous habite et que vous refoulez pour ressembler à tout le monde ».

Que de fois j’ai envie d’être… déraisonnable. Je ne suis heureux au fond de moi qu’à cette condition. Parfois ça réussit quand j’en ai le courage : alors une vraie communion s’établit. Parfois je creuse la tombe de ma réputation ! … En tout cas mes meilleures amitiés je les ai trouvées au-delà des frontières où les hommes m’avaient ligoté. J’aurai cherché la vie toute mon existence et de temps en temps je l’ai trouvée…

L’heure du changement

« Quand l’ange de la nuit s’en va et que l’ange du jour n’est pas encore venu, à l’heure du changement d’ange, l’homme connaît une grande angoisse. »

The Angel 2, galerie Flickr de aelena

Ces quelques mots du Talmud m’ont instruit sur l’heure du changement d’ange. Avant moi, d’autres hommes avaient connu cet instant. Je ramassais alors les brisures de mon espérance, parce que ma vie ne suivait pas le cours prévu. J’avais trente cinq ans. La grande souffrance est imprévisible, nous n’y sommes jamais préparés : elle vient du côté de l’amour et non des sources du mal. Nous guettons l’ennemi qui pourrait venir du désert, le veilleur de la nuit s’est retiré et, seuls sur le rempart tandis que nous nous gardons du mal venu d’ailleurs, la souffrance nous attaque de l’intérieur, elle vient de notre dernier refuge : nous sommes acculés à nous-mêmes et il n’y a pas de repli. Nous demeurons seuls, nous ne savions pas que c’était cela notre vie : rien que seuls.
Lire la suite →