Castelluna

Category: Citations

Un célèbre rabbi hassidique du nom de Zousia a dit : « Quand je me présenterai au tribunal céleste, il ne me sera pas demandé pourquoi je n’ai pas été Abraham, Jacob ou Moïse. Il me sera demandé pourquoi je n’ai pas été Zousia. »

Élie Wiesel, Célébration hassidique

Paroles de sagesse

Desiderata est un poème en anglais consacré à la recherche du bonheur dans la vie de tous les jours. Il a été rédigé par Max Ehrmann en 1927 et publié à titre posthume par sa femme en 1948 dans un recueil intitulé Desiderata of Happiness.

Au cours des années 1960, il fut largement diffusé sans être attribué à Ehrmann, avec parfois l’affirmation qu’il avait été trouvé dans l’Église de Saint-Paul de Baltimore, Maryland et écrit en 1692 (l’année de la fondation de l’église). Les héritiers d’Ehrmann ont cependant continué à le faire figurer parmi ses œuvres.

Continue reading

L’avantage d’avoir un « moi » pas très costaud, à la force duquel on n’a pas accompli grand-chose, c’est qu’on ne s’y attache pas trop.

Emmanuel Carrère, Le Royaume

Formidable animation du « Cri » d’Edvard Munch réalisée par Sebastian Cosor (Safe Frame) sur The Great Gig in the Sky des Pink Floyd.

Je marchais le long d’un chemin avec deux amis. Le soleil se couchait. Soudain le ciel devint rouge sang. Je m’arrêtais, me sentant épuisé et je me penchais sur la rambarde. Il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir et la ville. Mes amis marchait, et je me tenais là, tremblant d’anxiété. Et j’ai senti la nature traversée par un cri infini.

Edvard Munch, 1893

L’intelligence est vaincue dès que l’expression des pensées est précédée, explicitement ou implicitement, par le mot « nous ». Et quand la lumière de l’intelligence s’obscurcit, au bout d’un temps assez court l’amour du bien s’égare.

Simone Weil, L’Enracinement

La joie n’est pas facile à trouver parce qu’elle ne parle que comme les rochers et les pâturages, avec des mots qui sont davantage dans l’oreille de celui qui écoute que dans la bouche de celui qui parle.

Jacques Fierens, Le décolleté, Rive-Dieu n°7 sept. – oct. 2011

Je ne crois rien faire de mal, en notant ici, au jour le jour, avec une franchise absolue, les très humbles, les insignifiants secrets d’une vie d’ailleurs sans mystère.

Georges Bernanos, « Journal d’un curé de campagne »

Copyright © 2019 Castelluna

Theme by Anders NorenUp ↑