On imagine le croyant comme ayant la vue claire, la certitude fixe, éblouissante, inébranlable ; alors que la foi est une certitude obscure qui compense l’obscurité par un acte de volonté, ou plutôt un acte d’amour.

Jean Guiton, « Sagesse »